Alexandre Feger, objectif Rio pour le grand saut


Alexandre Feger est un perchiste français qui vise une qualification pour les JO de Rio. Entretien pour le blog playeur.co.

Alexandre, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Originaire du bout de la Bretagne, dans le sud Finistère. Je suis plutôt très dynamique pour ne pas dire plus. J’aime découvrir le monde. J’aime beaucoup la mer. J’ai passé un an autour du monde en voilier.

A quel âge et comment as-tu commencé la perche ?

J’ai commencé à l’adolescence, à 13 ans dans un club du sud Finistère (ULA Quimper Cornouaille)

Quels sont tes prochains objectifs ?

Les objectifs pour l’année 2016 sont les championnats d’Europe mais bien sur les Jeux Olympiques. Malgré la concurrence en France, il faut toujours y croire sinon on reste chez soi. Il faut continuer à progresser. 

A choisir, tu préférerais franchir 6 mètres ou faire une finale olympique ?

6m évidemment, car c’est une barre qui fait rêver puisque seul une dizaine de perchiste l’ont franchie. La finale Olympique ou du moins internationale sera une conséquence de cette performance. Aucun perchiste ayant franchi 6m qui n’a pas fait de finale Olympique.

Qu’est ce que t’apporte ta collaboration avec Creative sports media ?

Cela me permet d’avoir aujourd’hui quelques collaborations et d’avoir plus de visibilité. C’est en cours de développement et c’est bien parti. Je les remercie pour cela.

Qu’est-ce que Renaud Lavillenie a de plus que tous les autres perchistes ?

A la perche, le but est de transmettre le plus possible d’énergie dans la perche lors de la liaison course/impulsion. Renaud est celui qui arrive à en transmettre le plus par rapport à son rapport poids/puissance et sa vitesse en fin de course.

Renaud Lavillenie a mis la perche au premier plan en France, est-ce que cela a contribué à attirer de nouveaux sponsors ?

Cela est forcément positif car les gens connaissent ce sport et y apportent donc plus d’attention. Cela permet d’élargir également notre visibilité.

Si tu n’avais pas été perchiste, qu’aurais-tu fait ?

Un sport dans tous les cas pour dissiper mon énergie.

Des idées de ce que tu as envie de faire après ta carrière ?

Mon après carrière est déjà plus ou moins tracée. Du côté professionnel, j’ai la chance qu’une entreprise comme Airbus m’ai proposé un temps partiel de manière à réaliser en parallèle ma carrière de sportif pour pouvoir vivre de cette passion. Côté sportif, je n’y ai pas réfléchi.

Jack’slogo playeur

Partage ton avis

Facebook