Interview des 3 équipes françaises qualifiées pour la coupe d’Europe de quidditch


Cette année, la Coupe d’Europe de Quidditch (EQC) aura lieu à Malines (Belgique) les 25-26 mars. Trois équipes Françaises défendrons fièrement les couleurs de la France, parmi les 32 équipes se disputant le titre, actuellement détenu par les Titans Paris. Prêtes à en découdre, elles portent un regard sur leurs performances de l’année dernière et nous révèlent leurs ambitions pour l’édition 2017.

Quelles sont vos ambitions pour l’édition de cette année ?

Titans Paris : Comme l’année dernière, notre ambition est de conserver notre titre. Nous continuons de nous entraîner 3 à 4 fois par semaine pour remplir le contrat que nous avons tous signé en début de saison. Cela ne sera pas une affaire facile vu que tout le monde progresse autour de nous. Mais nous aussi. Reste à savoir si notre progression nous permet d’être toujours devant.

Paris Frog : Ceux qui ont participé à l’édition 2016 conservent un arrière-goût d’amertume : nous n’avons pas réussi à passer les poules, nous avons eu beaucoup de blessés – un joueur témoigne de sa frustration vis-à-vis de sa prestation, à cause de l’entorse qu’il a eue dès le premier match –, deux de nos joueurs n’ont pu arriver que le dimanche après-midi suite à des soucis d’avion, et n’ont donc pu jouer de matches,… Bref, nous sommes déterminés à faire beaucoup mieux que l’année passée et à prouver que nous sommes capables de jouer et de gagner ensemble, en tant qu’équipe. Concernant nos objectifs, nous aspirons évidemment à aller le plus loin possible. Pour Bastien, capitaine, le sport reste avant tout un moment d’amusement avec des amis. Sa principale ambition dans le sport de manière générale est de s’amuser et de voir que ses coéquipiers s’amusent aussi : « J’ai connu la défaite, j’ai connu la victoire. Elles apportent toutes deux des conseils sur comment avancer et aller de l’avant dans le sport. Pour cette coupe d’Europe, je ne souhaite pas perdre en phase de poule, c’est ma seule ambition en termes de résultat, après je souhaite surtout que tout le monde reparte avec le sourire et l’impression d’avoir donné le meilleur de soi-même. » Nos entraîneurs souhaitent quant à eux que les joueurs dont ils ont la responsabilité progressent et se rapprochent du niveau des top 8 mondiaux. Après notre élimination de l’an dernier, nous devons prouver à l’Europe que l’on peut être une équipe de niveau européen. Nous avons prouvé que nous sommes l’une des équipes phares en France mais nous devons tout prouver pour l’Europe. D’ailleurs, le tirage a fait que nous rencontrons de nouveau en poule deux mêmes équipes de l’année dernière, contre lesquelles nous avons perdu ; après réflexion, c’est une bonne chose, car cela nous permettra de confirmer ou d’infirmer que notre élimination en poule était méritée. Nous sommes bien motivés à prendre notre revanche sur l’EQC 2016 ! 😉

Crookshanks Lyon : Pour Alice, la capitaine, ses ambitions sont de finir l’EQC (rires), avec un maximum de joueur-se-s en un morceau. Mais aussi montrer qu’on peut viser toujours plus haut sur la scène européenne, en termes de qualité de jeu et de classement final !

En un an, quels sont les atouts que vous avez développés et qui vous permettront de faire mieux quen 2016 ?

Titans Paris : Le retour au format 32 équipes est une bonne chose. On a pu voir l’année dernière les limites européennes pour un format supérieur (40 équipes mais pas assez de volontaires non-joueurs). La localisation nous est favorable également par rapport à l’année dernière. Nous connaissons bien les terres belges pour y avoir plusieurs fois joué. Ceci sera un plus par rapport au climat italien qui en a surpris plus d’un.

Paris Frog : Nous avons développé une cohésion d’équipe plus forte et plus efficace. C’est ce que confirment nos deux entraîneurs, Amel et Cédric. La première se dit « motivée et très fière de [s]on équipe. Par rapport à l’an dernier, il y a un esprit d’équipe plus basé sur la confiance aux autres, et des stratégies mieux travaillées ensemble pour progresser. ». Ce à quoi Cédric ajoute: « Je pense que notre équipe est plus soudée, plus solidaire que les années passées et que nous jouons mieux en équipe, mais la vérité se prouve sur le terrain. ». Bastien, actuel capitaine des Frog, dit pour cette raisons venir à cette EQC en toute sérénité : « Nous n’avons jamais autant été soudés les uns aux autres et c’est avant tout comme cela qu’on progresse et qu’on fait des performances dans un sport collectif. Je ne stresse pas, je suis quelqu’un qui gère bien la pression, sauf juste avant le coup d’envoi des matchs, où là le stress est à son comble. Je pense que par rapport à l’année dernière, la cohésion d’équipe est meilleure, le niveau de jeu est meilleur (individuellement comme collectivement) et les stratégies mises en place sont beaucoup plus simples et agréables à mettre en place. En un an, nous avons changé de vision pour notre club, nous avons progressé et appris de nos erreurs, nous avons recruté de nouveaux joueurs prometteurs et être capitaine cette année est beaucoup plus agréable que ça ne l’était l’année dernière. ».

Crookshanks Lyon : Aymeric, vétéran du quidditch mais nouvelle recrue Lyonnaise, explique : “Je n’y étais pas mais pour avoir fait celle de 2015, je suis heureux à l’idée de pouvoir encore jouer à l’un des plus haut de niveaux de Quidditch qui s’améliore d’année en année !”
Alice ajoute : “On arrive beaucoup plus nombreux-se que l’année dernière. Après une compétition pleine d’émotions, nous avions « fini » sur une victoire (ce qui est rare quand on ne joue pas chez une équipe parisienne en jaune et bleu…), contre les Rheinos Bonn que nous retrouvons d’ailleurs dans notre poule cette année, et c’était un quart de finale de 2ème Division. On se retrouve donc avec la 19ème place sur 40, ce qui est pas mal à douze dont quelques blessé-e-s … A nous de voir ce qu’on peut proposer cette année ! » Emeline (a tâté du souaffle à l’EQC, mais avec une violette toulousaine à la place d’une crinière lyonnaise (c’est moins pratique, tout de même, pour rugir) : “ça fait bizarre d’avoir des chances de gagner”

Quel est votre ressenti à lapproche de l’événement (J-8!) ?

Titans Paris : Nous attendions le tirage des groupes avec impatience. Nous sommes ravis de jouer de nouvelles équipes (Tornadoes et Passau) et d’affronter une nouvelle fois Barcelone. Notre planning du premier jour est pour le moins très satisfaisant puisque nous allons pouvoir monter en puissance tout au long de la journée. Pour le moment on se concentre sur les entraînements. On prendra chaque matchs de l’EQC avec sérieux et respect.

Paris Frog : Certains nouveaux joueurs ont déjà participé à la coupe de France en novembre à Nantes, d’autres s’apprêtent à vivre leur première compétition de quidditch, et qui plus est à l’international. Antoine, qui nous a rejoints en décembre, a hâte de découvrir la compétition, de faire ses preuves et surtout de s’amuser. Comme Antoine, Julia, qui nous vient des Etats-Unis, se dit « très enthousiaste et impatiente ! » : « Ce sera le plus grand tournoi de Quidditch auquel je serais allée, et être capable d’y participer est incroyable. Pouvoir assister à un aussi grand rassemblement d’équipes internationales sera merveilleux ; je n’ai que de l’enthousiasme en attendant la Coupe. » Concernant ses ambitions personnelles, elle espère jouer de son mieux et pouvoir appliquer tout ce que l’on a travaillé en entraînement : « Pour mon équipe en général, j’espère que l’on jouera au mieux de nos capacités. Je voudrais que nous apportions notre « A game », que nous jouions intense et bien, et j’espère marquer quelques buts! ». Marine, joueuse Frog depuis octobre, met l’accent sur l’aspect compétitif ainsi que sur la chance de pouvoir rencontrer des équipes européennes : « Honnêtement je ne fais pas du quidditch pour enfiler des perles. M’entrainer c’est compliqué, j’ai une vie où je travaille tous les jours sauf le dimanche. Mais j’étais à un tournant de ma vie où c’était le moment de commencer ! À la base je me suis surtout dis que ça me ferait passer le temps, rencontrer des personnes mais le problème c’est que je ne peux rien faire à moitié ! Je suis une compétitrice dans l’âme, du coup j’attends des résultats, de la performance! Je suis plutôt « sport individuel  » je suis perfectionniste donc exigeante avec moi-même. Comme je ne me suis pas entraînée depuis un mois j’appréhende l’EQC, j’ai surtout peur de ne pas être utile… mais je crois que c’est un luxe de pouvoir faire une compétition internationale : je n’en ai jamais faite en GR (gymnastique rythmique) alors que je pratique ce sport depuis 16 ans, j’ai commencé le quidditch en octobre seulement et je m’envole pour la Belgique fin mars ! C’est ça qui est vraiment exceptionnel, l’opportunité qu’on a avec ce sport encore peu connu de pouvoir faire des rencontres à l’échelle mondiale ! ». En effet, pour anciens comme nouveaux, la coupe d’Europe est un moment riche qui nous permet de rencontrer des nouvelles équipes, de revoir des amis et de s’en faire d’autres.

Crookshanks Lyon : Aymeric : “Hâte de jouer pour défendre les couleurs de ma ville !”
Alice : “Je ne suis jamais 100% sereine avant une compétition. Mais avoir une responsabilité en tant que capitaine cette année ajoute aussi à l’excitation comme au stress. J’espère emmener l’équipe très loin avec les deux entraineur-se-s ! “
Emeline : “Missa bleu les chocottes (on n’a pas compris non plus, des fois Emeline parle en toulousain)”

Pour en savoir plus sur l’EQC et le quidditch, rendez-vous sur quidditch.fr, ou retrouvez les actualités de la Fédération du Quidditch Français sur Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.

Jack’slogo playeur

quidditch (1)

Partage ton avis

Facebook