Les Jeux Olympiques et Paralympiques : entre tradition et modernité


Depuis plusieurs jours, le monde a les yeux rivés sur le Brésil. Après la Coupe du Monde de football 2014, le pays vit au rythme du plus grand événement et rassemblement sportif du monde, les Jeux Olympiques.

Un événement majeur dont l’origine remonte à la Grèce antique et rénové, en 1896, par un français, le baron Pierre de Coubertin, qui souhaite faire revivre et diffuser l’esprit olympique auprès des peuples. Amateurisme, fair-play, beauté du geste sont à l’origine d’un mouvement qui veut favoriser les interactions culturelles entre les pays et promouvoir les valeurs éducatives et universelles fondamentales auprès des individus qui les composent.

D’un rendez-vous plutôt confidentiel avec seulement 241 athlètes pour 14 nations représentées en 1896, l’édition 2016 rassemblera les 10 500 meilleurs athlètes de près de 205 pays. Une évolution qui traduit l’engouement et l’attente que suscite désormais un événement dont les règles du jeu ont bien évolué en un siècle.

Des références antiques immuables…

Résolument tournés vers l’avenir, les jeux d’Athènes 1896 se veulent être un hommage aux Jeux de l’Antiquité. Respect du rythme de l’Olympiade, présence de sports antiques (lutte, pentathlon, lancer du disque, courses à pied…) ou encore la reprise du symbole de la flamme demeurent dans l’organisation des Jeux de l’ère moderne.

Un ensemble de repères qui ont traversé le temps sans prendre une ride et qui prennent tout leur sens lors des cérémonies d’ouverture et de clôture. Musique, chants, danse et feux d’artifice envahissent le stade, invitant à découvrir la culture du pays hôte. Si la fantaisie et la créativité ont la part belle, cela n’empêche pas le déroulement de rituels extrêmement précis. Dès lors pour chaque cérémonie d’ouverture, le déroulement restera le même : les athlètes entrent dans le stade par délégation dans l’ordre alphabétique (hors Grèce en premier et pays hôte en dernier), l’ouverture des Jeux est proclamée, le drapeau olympique fait son entrée, l’hymne olympique est joué, et s’ensuit le traditionnel lâcher de colombes de la paix, symbole de paix. Enfin, un athlète du pays hôte et un officiel prononcent un serment et l’ultime trait d’union avec les Jeux de l’Antiquité est réalisé par l’allumage de la vasque avec la flamme olympique.

… teintés de modernité

Mais si les Jeux modernes s’inspirent largement du passé, leur organisation est véritablement tournée vers l’avenir et se montre à l’écoute du temps. Symbole de cette modernité, la participation des femmes. Durant les Jeux antiques, seuls les hommes grecs pouvaient concourir. En 1900, les femmes font leur apparition, dans une proportion qui grandira progressivement avec le temps. Aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, 44% des participants étaient des femmes, un symbole fort de modernité et de reconnaissance de l’égalité entre les hommes et les femmes, reproché en son temps  à Pierre de Coubertin.

Autre ouverture, en 1960 à Rome où sont créés les premiers Jeux à caractère olympique pour athlètes handicapés physiques, point de départ des Jeux Paralympiques, organisés depuis, tous les quatre ans, à la suite des Jeux Olympiques. De 400 athlètes de 23 pays en 1960, ils étaient près de 4200 sportifs provenant de 164 pays pour les Jeux Paralympiques de Londres en 2012. Dès lors l’individu n’est plus jugé pour ce qu’il est mais par ce qu’il fait. Une avancée significative des mentalités qui témoigne de l’ouverture, de la fraternité et du respect érigés par l’esprit des Jeux Olympiques modernes.

La temporalité a également évolué puisque de sept jours en moyenne dans l’Antiquité, les JO modernes se déroulent désormais sur une quinzaine de jour, du fait du nombre d’épreuves et de sports croissants qui font leur apparition à chaque olympiade. Ainsi cette année, deux nouvelles pratiques viennent rejoindre la famille de l’olympisme ; le golf et le rugby à 7. Ce sont donc désormais 28 sports qui sont représentés pour un total de 306 épreuves où se disputeront des athlètes du monde entier. 

La généralisation du transport aérien à partir des Jeux de 1956 à Melbourne et l’essor de la télévision et des moyens de diffusions à partir des années 60 firent entrer les Jeux dans une nouvelle ère. Depuis les Jeux de Tokyo en 1964, les satellites diffusent des images avec seulement quelques secondes de décalage et leur qualité est désormais proche de la perfection, transmettant aux différentes générations, toute l’émotion suscitée par cet événement devenu immanquable.

Rayonnement plus important, raccourcissement des distances, suivi de la compétition minute par minute, dramaturgies sportives vécues en direct à travers le monde ont ainsi pu permettre d’accroître rapidement la popularité et la notoriété des Jeux Olympiques depuis sa renaissance en 1896.

Geoffroy

Le Tremplin Paris

omnisports

 

Partage ton avis

Facebook