L’alpinisme au féminin


L’alpinisme a souvent été vu et médiatisé comme un sport d’homme, bien que l’on ait une grande alpiniste française dans le domaine : Catherine DESTIVELLE, les femmes ne monopolisent pas les médias, loin de là. Mais actuellement les choses sont en train de s’inverser, la demande féminine de s’initier à l’alpinisme et à accéder à de l’autonomie en montagne est de plus en plus prégnante.

Le nombre de femme guide en France est encore inférieur à 20, tandis que le diplôme de guide existe depuis 1950 et le certificat de guide depuis 1874. Mais de nombreuses prétendantes sont actuellement en formation, et de plus en plus de filles se présentent au probatoire d’entrée à la formation de guide délivrée par l’ENSA (école nationale de ski et d’alpinisme)

A un niveau non professionnel on voit apparaitre une tendance à la féminisation de l’alpinisme aussi chez les amateurs. Pour citer des chiffres du club alpin français (CAF), relativement au Grand parcours alpinisme Chamonix (le plus grand rassemblement d’alpinisme amateur) la moitié des participants sont des femmes.

De plus en plus d’initiatives en vers les femmes voit le jour, pour n’en citer que quelques ’une on peut penser aux groupes féminins du CAF : le GFHM (groupe féminin de haute montagne) initié par le comité régional Rhône-Alpes du CAF, le GAF74 ( groupe d’alpinisme au féminin) initié par le comité départemental du CAF Haute-Savoie, EPAF (équipe pyrénéenne d’alpinisme au féminin) initié par le comité régional des CAF de midi Pyrénées,

Sans oublier  l’ENAF (équipe nationale d’alpinisme féminin) de la FFME. Et le tableau serait incomplet sans l’association girls to the top.  Ces filles redynamisent le paysage local de l’alpinisme avec leurs motivations et leurs projets, je vous invite à suivre leurs actualités pour vous donner envie de rêver.

Tanya NAVILLE
http://pasquedescollants.wordpress.com

logo playeur

Partage ton avis

Facebook