Léo Menville, retrouver le plaisir de courir avec la bande


Votre blog playeur.co a rencontré Léo Menville, cycliste français de 28 ans, qui encadrera les jeunes de la bande sur les routes en 2017 !

Léo, peux tu te présenter en quelques mots ?

Je suis né à Toulouse et j’ai eu la chance de suivre le cursus de haut niveau proposé par le comité départemental de la Haute Garonne. Après avoir arrêté le sport de haut niveau, j’ai travaillé pour Specialized au sein du bureau européen aux Pays Bas puis depuis 2016 je suis assistant marketing pour Trek France à Colomiers. J’essaie également de m’investir un peu pour mon club, l’AS VILLEMUR. J’ai un immense respect pour le travail des bénévoles, ils sont les fondations du cyclisme. Sans eux, nous n’aurions rien, pas de course, pas de clubs.

Comment as tu commencé le vélo ?

J’ai commencé le vélo quand j’avais 8 ans. Nous habitions dans un tout petit village et mon frère et moi avions déjà l’habitude de faire des tours de vélo après l’école. Il y avait un petit club dans un village voisin. Mon père m’y a inscrit et dès mes toutes premières courses j’étais à l’avant. J’ai donc continué.

Tu es parti en Allemagne en 2010 pour une équipe continentale, qu’est ce que tu as retiré de cette expérience ?

Fin 2010, je devais partir en Allemagne pour finir mes études. J’ai eu la chance d’intégrer une belle équipe continentale et de côtoyer de très bons coureurs. J’ai découvert une autre façon de faire du vélo, avec moins de pression et une philosophie de course axée sur le collectif. Il y a beaucoup moins de coureurs en Allemagne donc ils essaient de faire de la vraie formation et j’ai pu en bénéficier. J’ai bien progressé d’année en année et je pense que j’avais encore de belles choses à faire. Au final, je retiens surtout l’esprit de l’équipe, la plupart des coureurs sont encore des amis aujourd’hui et je pense que c’est chose rare pour le milieu du sport.

Pourquoi as-tu rejoint le team Morning / la bande ?

Rejoindre Morning ou La bande était tout naturel, mon club faisant partie de l’entente. J’ai accompagné les coureurs en tant que DS sur certaines courses l’an passé et j’ai apprécié l’état d’esprit. Ils écoutent et ont envie de réussir tout en sachant faire la part des choses. Il faut voir, même avec les difficultés rencontrées actuellement, ils sont ultra motivés et solidaires. Ils peuvent en être fiers.

Un mot sur Max Massat le manager de l’équipe ?

Max, il est à fond tout le temps. Il est attachant, sincère et franc, ce qui peut lui jouer des tours de temps en temps. Le monde du vélo, entre autres, n’est pas un milieu facile. Max a envie de faire bouger les choses, il a deux mille idées secondes. Mais en même temps, pour moi, il a tout compris. L’avenir des grosses structures financées par les collectivités locales est compromis à court terme. Il souhaite se concentrer sur des partenaires privés et leur proposer un retour sur investissement non négligeable. Je lui tire mon chapeau.

Que dirais tu aux gens pour les inciter à vous aider pour la campagne de crowdfunding ?

C’est difficile de demander de l’argent ces temps-ci. Il y a beaucoup de personnes qui nous soutiennent et qui n’ont pas les moyens de nous aider. Pour ceux qui peuvent, je dirais juste que c’est une très belle équipe du sud-ouest qui prône les valeurs de notre belle région et qui a les moyens physiques de faire du haut niveau. Maintenant, il nous manque le financier… Donner à une association est déductible des impôts, donc il faut en profiter.

Quels sont tes prochains objectifs sur un vélo ?

J’ai arrêté le haut niveau fin 2013 et j’ai très peu roulé depuis. Ma plus grosse année était 2016 et j’ai à peine fait 5000km. J’essaie de remettre en route en fonction de mes disponibilités et je pense que j’ai encore quelques restes. Mon seul objectif cette année, sera de me faire plaisir avec cette équipe et de donner mon maximum pour aider les jeunes coureurs à atteindre leurs objectifs.

Le mot de la fin ?

J’ai une pensée pour Eric Charpentier qui, avec Max, a soutenu ce projet et a tout mis en œuvre pour que ça soit une réussite. Il a cru en nos valeurs, nos capacités et notre état d’esprit. Nous lui devons une fière chandelle et j’espère que nous le lui rendrons.

Pour soutenir Léo et la bande pour la saison 2017 c’est par ici

Jack’s

logo playeur

cyclisme (4)

 

Partage ton avis

Facebook