NBA 2015-2016, le Bilan – Conférence Est


La NBA vient de rendre son verdict. Ce mercredi soir, le monde entier vient d’assister à un dénouement de haute voltige. Les Warriors de Golden State, emmenés par leur MVP Stephen Curry, ont fait tomber un record vieux de vingt ans en réussissant l’exploit de remporter 73 victoires pour seulement 9 défaites sur la saison régulière. Jamais une équipe n’avait fait mieux que 10 défaites.
Autre événement, la dernière apparition de la légende Kobe Bryant sous le maillot des Los Angeles Lakers. Fort d’une carrière longue de vingt saisons, le « Black Mamba » a régalé des fans qui en ont eu pour leur fortune.Avec la bagatelle de cinquante shoots tentés, il a inscrit soixante points pour ce qui restera comme la deuxième meilleure marque de la saison.

Il est temps pour nous de dresser un premier bilan de cet opus 2015-2016. Dans ce premier chapitre, arrêtons-nous sur une conférence Est en nette progrès a la vue des bilans des équipes qualifiées.


Ils confirment.
Deux équipes ont dominé la saison, les Cleveland Cavaliers et les Raptors de Toronto. Ces derniers ont réalisés la meilleure campagne de leur Histoire (56 victoires pour 26 défaites).
Avec eux, les Celtics de Boston. Invité surprise des play-offs l’an dernier malgré un effectif déplorant l’absence d’une véritable star, ils s’étaient fait balayer par Cleveland.
Cette année, ils ont confirmé leur ascension avec une cinquième place.

Ils surprennent.
Le Heat de Miami et les Charlotte Hornets vont se retrouver au premier tour pour en découvre dans une série qui s’annonce palpitante.
Troisième, Miami n’espérait certainement pas retrouver les sommets si rapidement après le départ de LeBron James.
Les Hornets, sixième bilan à l’Est et dixième de toute la Ligue, ont tenté le pari de modifier un effectif de qualité après plusieurs échecs pour en faire un véritable candidat à la finale de conférence ? Réponse dans les prochains jours.

Ils déçoivent.
Au rang des déçus, les Washington Wizzards, demi-finaliste du dernier exercice qui proposaient un jeu très alléchant ne seront pas du rendez-vous de la post-saison.
Tout comme Les Bucks de Milwaukee et leur effectif aussi jeune que talentueux. Malgré l’arrivée de Greg Monroe, un des « free agents » les plus courtisés de la Ligue, le renfort n’a pas suffit.
Enfin, les Chicago Bulls sont déjà en vacances. Victimes de plusieurs blessures ayant touché des joueurs majeurs de l’effectif, ils se sont écroulés et n’ont pas réussi à décrocher le ticket pour la phase finale. Ces échecs successifs risquent de condamner un effectif qui aura besoin d’un coup de neuf pour rebondir.

A noter, une mention pour les Pistons de Detroit et les Pacers d’Indiana qui retrouvent les play-offs et ces derniers le doivent en grande partie à leur « franchise player » Paul George de retour après une grave blessure à la jambe.

LeBron James

Après les distinctions collectives, à titre individuel certains joueurs ont marqué la saison de leur empreinte.

Ils confirment.
LeBron James (Cleveland), évidemment, comment ne pas commencer par le « King » et son éternelle influence sur son équipe.
La paire extérieur de Toronto, Kyle Lowry et Demar DeRozan, qui ont amené leur franchise à un sommet jamais atteint.
Dwayne Wade (Miami), infatigable qui a retrouvé son meilleur niveau.
Hassan Whiteside (Miami) et Giannis Antetokoumpo (Milwaukee) , malgré leur jeune âge, ce sont eux les futurs stars de la conférence.
Kemba Walker, le meneur de Charlotte, auteur comme son équipe de performances exceptionnelles.

Ils surprennent.
Isaiah Thomas, le petit meneur de Boston, devenu All-Star grâce à une régularité que l’on ne soupçonnait pas.
Nicolas Batum (Charlotte), après son transfert de Portland il a franchit un cap dans son leadership.
Paul George (Indiana) pratiquement de retour a son niveau avant sa blessure alors que personne ne l’aurait prédit.
Andre Drummond (Detroit), le puissant pivot, libéré de la présence dans la raquette de Greg Monroe.
Son compère, Reggie Jackson (Detroit), devenu titulaire lui aussi à la faveur d’un transfert bénéfique.
Kristaps Porzingis (New-York) le rookie brimé au cours de son arrivée dans la Ligue et qui a su faire taire les détracteurs.

Le tableau des Play-offs à l’Est avec mon pronostic.

(1) Cleveland – Detroit (8) [4-2]
(2) Toronto – Indiana (7) [4-3]
(3) Miami – Charlotte (6) [4-2]
(4) Atlanta – Boston (5) [4-1]

Je vois un premier tour très disputé et très serré avec un avantage pour les équipes « expérimentées »
Toronto gagne enfin une série de play-offs, Miami et Atlanta se sortent du piège et Cleveland confirme.

(1) Cleveland – Atlanta (4) [2-4]
(2) Toronto – Miami (3) [1-4]

Demi-finales de conférence et là… surprise !
La défaite de Toronto après un relâchement et un excès de suffisance pour Cleveland qui tombe contre une équipe rodée qui défend le fer.

(3) Miami – Atlanta (4) [3-4]

Une finale ultra-serrée et compétitive entre deux équipes au maximum de leurs possibilités mais les Hawks font mouche.

Klaylogo playeur

Partage ton avis

Facebook