Sportifs professionnels : leur deuxième vie


Si l’on considère le nombre de gamins qui rêvent de brûler sous le feu des projecteurs et de faire vibrer leur public, réussir une carrière d’athlète de haut niveau relève de l’exploit.
Carrière qui fondamentalement ne dure que quelques années.  Après avoir vécu le moment présent, après avoir profité d’une notoriété éphémère, de leur pouvoir économique, que faire?
Beaucoup cherchent le moyen de prolonger ce qui ne peut l’être, de se reconvertir et au final quelques uns y parviennent. Et à ce petit jeu, la génération dorée de « France 98 », de par son succès populaire, a su s’imposer dans le décor médiatique français. Je vais vous présenter quatre types de reconversion.

Il y a d’abord les grands noms du sport international qui ont vu les choses en grand.
A l’image de Michel Platini(foot), qui s’est lancé dans la présidence des instances du football mondial, de nombreux anciens sportifs trustent certains postes de dirigent d’institutions.
On retrouve Ghani Yalouz (lutte) à la direction technique de l’athlétisme, Jean Gachassin (rugby) au tennis, Philippe Bernat-Salles (rugby) au handball. De plus, Jean-François Lamour (escrime), David Douillet (judo) et Bernard Laporte (rugby) ont été impliqué dans le ministère du sport français.
A l’étranger, certaines figures emblématiques du football se sont également inscrit dans la voie politique de leur pays. Georges Weah avait pour ambition de présider le Libéria, le roi Pelé fut ministre des sports brésiliens et ses compatriotes Bébéto et Romario occupent des postes de députés régionaux.
Dans le domaine du business, la palme revient à la légende Michael Jordan(basket) devenu milliardaire et parmi les plus grandes fortunes du monde grâce à sa marque de chaussures et tous les produits dérivés de son nom.

Puis, ceux qui ont souhaité rester proche des terrains, au contact des sportifs, du spectateur et du telespectateur.
Didier Deschamps, Laurent Blanc ou bien Zinedine Zidane, pour ne citer qu’eux, sont devenus entraineurs dans le football professionnel.
On retrouve aux commentaires à la télévision Christophe Dugarry, Bixente Lizarazu, Emmanuel Petit, David Ginola, Eric Carrière, Franck Sauzée, Mickael Landreau… pour ne citer qu’eux.
Mais aussi, Laurent Jalabert, Richard Virenque, Luc Leblanc, Cédric Vasseur, Jacky Durand pour le cyclisme, Henri Leconte, Guy Forget, Arnaud Boetsch pour le tennis, Philippe Candeloro pour le patinage artistique. Céline Géraud, l’ancienne judoka, est devenu la présentatrice de diverses émissions sportives.

Ensuite, il y a ceux qui ont préféré faire parler leur sens artistique sur divers fronts, sans chercher à tout prix la sur-exposition.
Comment ne pas commencer par celui qui est le parfait stéréotype de la réussite totale : Yannick Noah (tennis) et ses différentes casquettes, à savoir, la chanson et l’équipe de France de tennis.
Vincent Moscato (rugby) qui navigue entre la radio et la scène, Serge Simon(rugby) qui présente une émission à la radio également en plus d’avoir obtenu le diplôme de médecin.
Franck Leboeuf (foot) que l’on peut retrouver à la télévision, pour déblatérer de l’actualité footballistique européenne, ainsi que sur les planches de théâtre. Tout comme s’illustre le grand Eric Cantona(football) que ce soit derrière le rideau ou sur le grand écran.
A l’étranger encore, il y a quelques années, l’Australie a pu apercevoir son tennisman retraité Mark Philipoussis dans une émission de télé-réalité, essayant de trouver l’amour.

Et enfin, certains ont choisi de prendre une voie totalement décalée avec plus ou moins de réussite.
On a vu récemment dans une émission de danse, Djibril Cissé(foot) ou Brian Joubert(patinage) démontrer leurs « talents » et leur déhanché.
Moins glamour, Stéphane Guivarc’h, l’ancien champion du monde de football français, est tombé dans l’anonymat en se lançant dans une entreprise de vente de piscine en Bretagne.
Le footballeur allemand Tim Wiese, ancien international, faute d’avoir trouvé un club pour terminer sa carrière, s’est vu proposer d’entrer dans le monde du catch apres s’être pris de passion pour le culturisme.
Pour Tony Cascarino (foot) et Boris Becker (tennis), le poker est devenu plus qu’un passe-temps. En effet, nécessitant concentration et force mentale, ils ont trouvé là le moyen de s’enrichir tout en prenant du plaisir.

Klay

logo playeur

Partage ton avis

Facebook